Molydal : le choix gagnant des lubrifiants biosourcés

 In

 

MOLYDAL

Pour Molydal, société créée en 1958 et spécialisée dans les lubrifiants industriels, la transition du pétrosourcé au biosourcé apporte de réels bénéfices en termes d’efficacité, d’image et d’avenir.

LA PAROLE À…

Thierry VIDAL, Directeur grands comptes chez MOLYDAL

Quand et comment l’histoire de MOLYDAL a-t-elle démarré ?

« Nous vendons des lubrifiants industriels destinés à la maintenance ainsi qu’à la fabrication d’un certain nombre de produits » explique Thierry Vidal, directeur grands comptes chez Molydal. « Notre gamme de produits se divise en 3 catégories : les graisses et pâtes de montage ; les huiles pour la transformation du métal à froid (emboutissage, découpage, usinage…) et tous les produits qui servent à la maintenance des équipements industriels, tels que dégraissants, aérosols, lubrifiants… Nous proposons également du matériel pour la dépose de nos lubrifiants. »

Il y a quelques années, alors que le cours du baril de pétrole ne cesse de grimper, le PDG, Jean-Louis Pauphillat, décide de chercher des alternatives végétales aux produits pétroliers, « pour assurer la pérennité de l’entreprise et de notre approvisionnement en matière première »  se souvient Thierry Vidal. « Nous avons alors adhéré au Pôle IAR et nous nous sommes tournés, via notre service R&D, vers l’innovation végétale. »

5 projets déposés, 3 retenus

Avec l’accompagnement du Pôle IAR, Molydal va monter 5 projets innovants « dont 3 ont été retenus et subventionnés à 50% par l’Etat ! » Le premier projet portait sur un lubrifiant destiné au travail des métaux. Le second sur un lubrifiant pour les chaînes de vannes des barrages hydroélectriques. Le troisième, sur une graisse pour les presses servant à la fabrication des pellets de bois. Pour les trois projets développés, les bénéfices sont notables « tant en terme d’image qu’en terme de performances » poursuit Thierry Vidal. « Pour nos clients, utiliser des produits éco-acceptables est un vrai plus, surtout à une époque où les prises de conscience écologiques et sanitaires sont de plus en plus marquées. Ils se sont donc très vite montrés intéressés par nos produits innovants. »

D’autant plus que, et Thierry Vidal reconnaît que c’était une surprise inattendue : «certains des produits développés à partir de ressources végétales se sont révélés plus performants que des produits pétrosourcés. Donc, même si les prix de nos produits restent plus élevés à l’achat, nos clients sont gagnants car ils vont moins en consommer, et des coûts indirects comme le traitement des déchets ou l’usure des outils industriels vont également diminuer. »

« Ce cheminement vers le biosourcé nous a beaucoup aidé à booster notre R&D et nos démarches commerciales. Nous sommes convaincus qu’il y aura de plus en plus de produits biosourcés. Nous avons fait le bon choix ! » Conclut Thierry Vidal.